Test – Fire TV Stick d’Amazon

Ah ! Ça faisait bien longtemps que je n’avais pas écrit sur mon blog. Entre les 3DS in Nantes, mais aussi avec Factornews, sans compter ma vie perso, une formation et mes recherches de taf (je suis Product Owner à Nantes, je vous intéresse ?), je n’ai malheureusement pas eu autant de temps que j’aurais aimé avoir pour écrire des articles. Mais 2018 est là (bonne année au passage) et je vais tenter de m’y remettre ! Et comme je sais que ce sont les tutos et tests que vous aimez le plus, voici ce que je pense d’un petit bidule que j’ai acheté fin décembre, la Fire TV Stick.

Fire TV Stick d’Amazon ? C’est quoi ?

Il s’agit d’une petite clé HDMI faisant partie de la famille Fire chez Amazon, permettant de profiter d’un tas de contenus multimédia en 1080p sur une TV qui n’est pas connectée. Elle est vendue 39,99€ pour les membres Amazon Prime et 59,99€ pour le peuple. Disponible depuis pas mal de temps aux Etats-Unis (et bientôt en version 4K UHD / HDR, comme annoncé en septembre), cette clé a pour but de proposer une alternative à la Chromecast de Google. Voir même un peu plus que ça.

Effectivement, si la Chromecast de Google est vraiment pratique et simple d’utilisation, elle ne fait que transmettre une information en Wi-Fi, le tout télécommandée par un smartphone ou une tablette. En possédant une à la maison depuis 2014 (la première génération), on s’en sert régulièrement pour Netflix, Twitch, YouTube ou Google Music, histoire d’en profiter directement sur la TV. Mais la Fire TV Stick d’Amazon n’est pas qu’une simple clé HDMI, puisqu’elle est un peu plus puissante, se passionnant clairement entre la Chromecast et les boîtiers multimédias du type Nvidia Shield TV ou Apple TV pour les plus connus.

Un peu de technique

Si vous n’aimez pas les chiffres et que vous n’y comprenez rien en high tech, vous pouvez déjà passer cette partie et lire directement la prochaine. Cette petite clé de 85,9 mm x 30 mm x 12,6 mm et de seulement 32 gr, repose sur un SoC MediaTek composé d’un processeur quad core ARM 1,3 GHz et d’un GPU Mali450 MP4. Le tout est aidé par 1 Go de RAM, sans oublier 8 Go de stockage pour les applications et jeux, d’une connexion Wi-Fi 802.11ac 2×2 MIMO et du Bluetooth 4.1. Côté vidéo, la Fire TV Stick balance tranquillement du H.264 et H.265 en 1080p30. Tandis qu’en audio, nous avons droit à pas mal de décodage : AAC-LC, HE-AACv1 (AAC+), HE-AACv2 (eAAC+), AC3 (Dolby Digital), eAC3 (Dolby Digital Plus), FLAC, MIDI, MP3, PCM/Wave, Vorbis, AMR-NB et AMR-WB. De quoi faire cracher un peu de son à votre système audio.

Bref, on est loin d’une simple Chromecast qui ne fait que streamer, puisque là, on peut carrément se passer de notre smartphone, rendant le petit appareil tout à fait autonome. Si je devais tout de même soulever un problème, je dirais qu’il se trouve au niveau des connectiques. Encore une fois, on sent qu’il s’agit d’un produit un peu bridé par la vision du constructeur, qui a certainement déjà dans ses cartons une v2, et qui sans doute juger bon de ne pas proposer d’emplacement pour rajouter une MicroSD. Du coup, on se retrouve bloqué avec nos 8 Go (ou plutôt 5,94 Go en réel). C’est un peu dommage, même si pour l’instant, je ne suis pas encore bloqué par cet aspect.

Installation de la Fire TV Stick

J’ai une configuration pas vraiment comme Mr Toutlemonde, sans partir dans l’extraordinaire non plus. Concrètement, je dispose d’une TV Sony Bravia (datant de 2010 !), d’un ampli et d’enceintes connectées à ce dernier. Du coup, j’ai évidemment branché la Fire TV Stick à l’un des ports de mon ampli et non directement sur ma TV. L’installation se fait très facilement, même si attention : cette clé HDMI mange bien à la cantine et est un peu plus large d’un simple câble HDMI. De ce fait, impossible pour moi de la brancher entre deux câbles ! Avec ses 30 mm de large, il faut un peu de place. Et ça, Amazon l’a très vite compris. C’est pour cela qu’on trouve dans la boîte une petite rallonge HDMI de quelques centimètres, permettant de contourner ce problème. Perso, j’ai branché la Fire TV Stick sur une entrée HDMI assez éloignée et j’ai utilisé la rallonge pour ma clé Chromecast que j’ai branché sur le 8ème HDMI de ampli, en façade, me permettant de caler la clé de Google pour ne pas la faire dépasser. C’est juste esthétique, mais je suis un peu maniaque.

Une fois la clé branchée, il va falloir penser à l’alimenter. Et là, attention, puisque la clé demande pas mal d’énergie et ne sera peut-être pas assez alimentée par l’un des ports USB de votre vieille TV ou ampli. C’est en effet un des problèmes que j’ai eu. Ma Chromecast fonctionne parfaitement en étant alimentée par TV ou ampli, mais ce n’est pas le cas de la Fire TV Stick, qui a directement affichée un message sur l’écran me prévenant du problème. Du coup, je me sers de l’adaptateur secteur 5V / 1A (le même que pour nos smartphones) livré dans la boîte. C’est tout de même un aspect à prendre en compte, surtout si vous n’avez plus de prise électrique disponible.

A partir de ce moment, il suffit tout simplement de suivre ce qui est demandé à l’écran. Désolé, je n’ai pas mis de photos parce qu’elles sont un peu moisies et impossible de faire de capture d’écran (merci la protection HDCP). Honnêtement, tout est très simple. La télécommande est reconnue automatiquement et il suffit juste de choisir la langue, notre réseau et… de le taper. Là, c’est un peu naze, mais il n’y a pas d’autres choix (pas de WPS par exemple). Une fois connectée au réseau, la clé va nous demander si on veut tout sauvegarder chez Amazon, pour que ce soit plus simple. Et c’est là que c’est assez fort : chaque clé est reliée matériellement à une personne physique, ou en tout cas à un compte Amazon. Cela permet de connecter automatiquement l’utilisateur à Amazon Prime Video, en prenant en compte son abonnement.

J’ai aussi noté quelques protections bienvenues à l’aide d’un code PIN à cinq chiffres, pouvant bloquer l’achat d’une app (je ne sais ce qu’il en est du in-app par contre). Une option qui peut sauver le compte en banque de certains parents.

UX / UI design

L’interface, c’est très important. Le ressenti aussi. Pour moi, ce sont deux choses absolument essentielles. Surtout lorsqu’on utilise un appareil presque tous les jours. Par exemple, je sais que lorsque j’allume ma Xbox One, je m’attends à galérer tellement l’interface est bordélique et mal pensée. Alors quand il s’agit d’un produit Amazon, je m’attends à du bon.

Et bien, on va dire que je suis agréablement surpris, mais que tout n’est pas sans défaut. Commençons par la télécommande, qui fait clairement partie de l’expérience puisque c’est par elle que l’on contrôle tout. Si le plastique n’est pas de haute qualité, le petit appareil est tout de même agréable en main. Et ses dimensions de 119 mm x 40,4 mm x 13,8 mm, pour seulement 56,9 grammes avec les piles insérées en font un objet tout petit, simple à prendre dans une main et facile à ranger.

Simple d’utilisation, elle est conçue en deux parties. En haut, on trouve une sorte de cercle de navigation, qui permet d’aller en haut, en bas, à gauche et à droite, d’une simple pression. Il ne s’agit pas d’un cercle à la iPod hein, mais bien d’une croix 4 directions sous forme de cercle. En son centre, il y a un bouton de sélection, assez gros et donc très facile à trouver. La seconde partie est composée de 6 boutons de commande : Retour, Accueil et Menu pour la première ligne et Retour rapide, Lecture/Pause, Avance rapide pour la seconde ligne. Rien à dire, c’est bien pensé.

Par contre, l’interface globale de l’application est un peu moins parfaite. On retrouve ce qu’il se fait sur les Android TV, ce qui est assez logique vu qu’Amazon se base sur son Fire OS 5.2.6.1, qui est lui-même un fork d’Android. On se trouve donc là avec un Android 5 Lollipop. Comme pour la télécommande, Amazon a pensé son appli en plusieurs parties, avec tout en haut, des menus : accueil, catégories et paramètres. Le premier s’affiche dès le démarrage, le second sert de répertoires d’applications et donc de recherches, quant au dernier, vous vous doutez de quoi il s’agit (c’est là qu’on peut régler les paramètres de veille, etc.).

Si l’idée est bonne, la sensation d’interface pas vraiment bien fini se fait vite ressentir. Déjà, il est impossible de configurer comme on l’entend l’écran d’accueil. Par exemple, nos applis et jeux se retrouvent sur la même ligne, au lieu d’en prendre plusieurs. De ce fait, on peut juste régler l’ordre, en plaçant par exemple Netlfix en premier, puis Amazon Prime Video, puis Twitch, etc… sauf que l’interface nous propose uniquement 5 cases. Pour la suite, faut scroller vers la droite.

Et c’est d’ailleurs directement à la seconde ligne qu’on comprend pourquoi ce choix a été fait : elle propose tout simplement une grosse mise en avant des contenus Amazon Prime, avec Vos Programmes – Séries et Films, les séries Amazon Originals, puis les films les plus populaires sur ce service. Alors c’est cool, mais j’aurais aimé utiliser ce précieux espace pour y placer mes applications comme je le souhaite. Surtout qu’ensuite, il y a 8 lignes reprenant ce qui est proposé dans le menu Catégories.

D’ailleurs, parlons un peu de ce menu Catégories. Il est relativement bien pensé puisqu’il est découpé en… catégories. Vous recherchez des applications pour le sport ? L’info ? Le divertissement ? Tout est là, bien classé. Oui, sauf qu’il n’y a aucune option de recherche. Du coup, ce n’est pas hyper pratique, même s’il est possible de passer directement par le site web pour aller plus vite. Mais là encore, c’est rajouter un élément dont on a normalement pas besoin. D’un point de vue ergonomie, Amazon a tout simplement fait tout ce qu’il ne faut pas faire : penser à son service au lieu de penser à l’expérience utilisateur.

C’est vraiment dommage, parce que Fire OS tourne impeccablement bien, tout est fluide, avec des petits sons et quelques effets graphiques. J’espère vraiment que cela va changer à l’avenir, mais j’en doute.

Contenus et possibilités

Si j’ai acheté la Fire TV Stick, c’est parce que Chromecast me pose quelques soucis. Déjà, on est obligé d’utiliser nos téléphones et ça, c’est chiant. J’ai l’impression que ce machin me suit partout où je vais… j’aimerais pouvoir m’en débarrasser quand je peux faire autrement. Il y a aussi le souci de déconnexion du smartphone à Chromecast. Ça me le fait assez rarement, mais ma copine a souvent ce souci, alors qu’on a pourtant le même modèle. Du coup, il faut qu’elle se reconnecte, voir le reboot pour ré-accrocher Chromescast. C’est assez pénible.

J’ai aussi évidemment la solution Raspberry Pi. J’aime bien bidouiller, tester des choses, mais force est de constater que tout n’est pas parfait. Déjà parce qu’il faut se servir là aussi d’un téléphone pour faire télécommande (quoi celle de ma TV fonctionne avec OSMC, voir mon tuto ici). Mais aussi parce que toutes les applis ne sont pas disponibles. C’est un peu galère de tout trouver, ça prend du temps et je fais souvent le service technique quand ça déconne. Et puis, j’ai un projet de borne d’arcade, alors mon Pi3 va me servir à ça. Quant à mon Pi2, je vais m’en sert pour des tests ici et là, comme machine Unix.

Du coup, j’ai pris ce Fire TV Stick pour palier à tout cela. Sauf que je dois tout de même garder ma Chromecast d’amour. Et oui, Amazon s’est dit qu’il serait bon de ne pas rendre compatible sa clé HDMI avec la techno Google Cast (alors qu’on est sur de l’Android hein). Pour je ne sais quelle raison, la Fire TV Stick est compatible Miracast. Alors c’est très bien pour projeter des PowerPoint via son PC, mais pour regarder un film stocké sur un NAS ou une vidéo YouTube, c’est un peu moisi. Et puis, mon PC n’est pas dans le salon, donc ça règle la question : je ne me servirais sans doute jamais de cette option. Pire encore, Amazon fait clairement un tacle à Google en ne proposant aucune application Google. On a bien YouTube dans une version totalement moisie, mais elle sera dégagée ce mois-ci du store, comme l’indique un message au lancement de l’application. Donc exit YouTube, Google Play Music, Google Earth, Google Chrome, Google Play Films, Google Play Kiosque, etc. C’est donc pour cela que je garde ma Chromecast.

Heureusement, le catalogue d’application est assez énorme, proposant à l’heure où j’écris ces lignes, 5 589 résultats pour applis et jeux compatibles avec la Fire TV Apps (tous modèles). Il y a donc de quoi faire et on retrouve vite ses petits : Amazon Prime Video évidemment, mais aussi Netflix, Twitch, Spotify, Amazon Music, Deezer, etc. Il y a évidemment encore des manques, comme Podcast Addict et SoundCloud que j’utilise sur mon smartphone, mais j’espère des mises à jour. Du coup, heureusement que j’ai encore ma Chromecast, sinon, je ne pourrais pas écouter le podcast de Factornews et QuickLoad dans mon salon.

Je note aussi qu’il y a assez peu d’applications de services français. Du coup, je n’ai pas trouvé de France.tv, myCanal ou OCS. Heureusement, Molotov.tv s’est très vite dépêcher de développer une version pour Fire TV Stick, ce qui permet maintenant d’avoir à peu près tout dans une seule appli. Habile. Par contre, pour mon abonnement OCS, je crois que je l’ai dans l’os. Va falloir que je passe encore et toujours par cette foutue box Orange qui répond une fois sur deux.

J’ai aussi installé Plex, que j’ai trouvé un peu par hasard (tout comme VLC). Si vous ne connaissez pas, il s’agit tout simplement d’un logiciel client-serveur de gestion multimédia. En gros, je vais pouvoir m’en servir pour lire le contenu de mon NAS et donc, la totalité de mes films de vacances. Et ça c’est plutôt cool. Je ferais un petit tuto si cela vous intéresse.

Côté jeux vidéo, je n’ai pour l’instant rien testé. A vrai dire, j’ai regardé ce qui est proposé et rien que de penser que je pourrais jouer à Angry Bird me donne l’envie de… ne pas tester. En gros, ce sont principalement des petits jeux mobiles sans grands intérêts (pour moi), à savoir des Angry Birds like, des jeux de courses sur rails, des runners et quelques trucs ici et là. On est très loin de ce que propose la Shield.

Conclusion

La Fire TV Stick d’Amazon est un excellent produit qui, pour l’instant, ne remplace malheureusement pas tout. Simple d’utilisation et pour à un prix abordable (je l’ai eu à 29,99€ lors d’une offre spéciale pour les Prime), Amazon n’a tout de même pas tout fait parfaitement, comme l’interface, la boutique un peu vide de réelles applications intéressantes, le manque de partenariats avec les services français, ou encore la compatibilité avec les services Google. Se passer de YouTube, c’est un peu con je trouve. Mais pour celles et ceux qui ont une TV 1080p non connectée, c’est sensiblement la meilleure des solutions.

Frostis Advance

Blogueur Nantais, mais rédacteur sur Factornews.com, pilier chez NintenDomaine.com, organisateur de 3DS in Nantes. Je suis aussi sys admin dans la vraie vie, fan de comics, musiques, cinéma, de LEGO, etc... bref, de bien trop de choses.

Laisser un commentaire