Lundisque #05 – Amy Winehouse : Back to Black

Ahah, j’arrive au 5ème Lundisque et j’ai déjà un peu de retard. Oui, mais comme en cuisine, je réinvente les Lundisque en le plaçant un mercredi. Un peu comme Amy Winehouse avait réinventé, ou plutôt replacé, le style jazz/soul en 2006 avec son second album, que tout le monde connait, Back to Black.

Amy Winehouse : Back to Black

On peut le dire, ce Back to Black est une pure merveille. Évidemment, il faut aimer le style, aimer le jazz, la soul classique et une petite pointe de R&B. Avec ce second album, Amy Winehouse a prouver qu’elle était une chanteuse, auteur-compositrice-interprète, absolument fabuleuse et blindée de talent. Je ne parlerais pas de ses déboires avec l’alcool et la drogue, qui l’ont finalement poussés trop rapidement à intégrer le fameux Club des 27. Comme quoi, si t’es pas mort à 27 ans, c’est que t’as zéro talent.

L’ablum commence avec certainement le morceau le plus connu, Rehab. Posant direct une ambiance soul et sulfureuse, c’est un véritable retour aux années 60 qu’on ressent avec Rehab. Et pourtant, si pour beaucoup, Rehab est une chanson romantique, c’est clairement pas le cas quand on traduit un peu : « They tried to make me go to rehab, I said no, no, no » ou encore « So I always keep a bottle near ». Mais voilà, ça marche. Le tout est magnifiquement amené et on sent le vécu d’Amy dans sa voix. On sent aussi que la Britannique a eu la vie dure. Et ça continue direct avec You Know I’m No Good en second titre, qui reste dans le même ton. Tout l’album est une sorte de biographie d’Amy, une vie tourmentée, presque dramatique, mais pourtant, tout sonne parfaitement bien. Et comme un message, l’album se termine par Addicted.

Côté prog justement, on retrouve deux noms pas vraiment inconnus : Mark Ronson et Salaam Remi. Si le second nom ne vous parle peut-être pas (il a pas mal bossé avec NAS), le premier ne vous ai pas totalement inconnu non ? Surtout si vous avez lu mon premier Lundisque ! Et oui, Mark Ronson est souvent dans les bons coups et quand le monsieur est vraiment motivé par le projet, il fait généralement de très bonnes choses. C’est le cas pour ce Back to Black, qui est magnifiquement composé et enregistré. D’ailleurs, je conseille très fortement l’écoute de cet album avec un stéréo de qualité, mais surtout accompagné d’un caisson de basse, jazz/soul oblige.

Vendu à plus de 20 millions d’exemplaires dans le monde, vrai disque de diamant en France avec 1,2 millions d’unités (oui, ça a changé en 2009, maintenant quand tu vends 500 000, c’est diamant…), si vous n’avez pas Back to Black dans votre collection, il est grand temps de passer chez votre disquaire préféré.

Edition Vinyle

Date de sortie : 30 octobre 2006
Durée : 34:55
Format : vinyle 180 Gram

A1 – Rehab – 3:35
A2 – You Know I’m No Good – 4:17
A3 – Me & Mr Jones – 2:33
A4 – Just Friends – 3:13
A5 – Back To Black – 4:01
A6 – Love Is A Losing Game – 2:35
B1 – Tears Dry On Their Own – 3:06
B2 – Wake Up Alone – 3:42
B3 – Some Unholy War – 2:22
B4 – He Can Only Hold Her – 2:46
B5 – Addicted – 2:46

A la maison, on fait donc parti des 20 millions de personnes ayant acheté ce second album d’Amy Winehouse. Par contre, pas de version collector. On s’est contenté de l’édition toute simple, mais de qualité.

Suivez-moi sur Instagram !

Je cherche encore le bon angle pour prendre de belles photos des vinyles que je présente. Je ne désespère pas et je vais bien finir par trouver ! En attendant, vous pouvez toujours me suivre.

Frostis Advance

Blogueur Nantais, mais rédacteur sur Factornews.com, pilier chez NintenDomaine.com, organisateur de 3DS in Nantes. Je suis aussi sys admin dans la vraie vie, fan de comics, musiques, cinéma, de LEGO, etc... bref, de bien trop de choses.

Laisser un commentaire