Test – MSI Aegis 3, un PC survitaminé

Durant ces dernières semaines, j’ai eu le plaisir de tester un PC pensé pour le jeu vidéo et la réalité virtuelle. Et pas des moindres, puisqu’il s’agit du Aegis 3 du constructeur MSI. Une bien belle machine qui ne laissera personne indifférent, que ce soit pour ses performances surboostées ou son design un peu surprenant. J’ai donc mis mon PC d’amour de côté pour le remplacer momentanément par ce Aegis 3… que j’aurais bien gardé :)

Aegis 3 et le design Transformers

Ok, allons dans le vif du sujet avec la partie qui se voit le plus : le design de la machine. Pour être tout à fait franc, je le trouve assez too much. Le Aegis 3 ressemble, de loin, à une sorte de tête de Transformers. Loin des tours assez basiques (comme la mienne par exemple), MSI a choisi un châssis au design très anguleux, respirant l’agressivité à plein nez, laissant entrevoir ses grilles d’aérations, rouges vifs en façade et noires sur les côtés. Un risque assez osé puisque son look futuriste pourrait ne pas aller du tout dans votre décoration de bureau.

Dans mon cas, je préfère très largement une tour sobre, qui se voit peu et qui passe un peu partout. Mais on reste chez MSI et le constructeur ne se démonte pas, restant droit dans ses bottes, proposant même tout un jeu de LED que l’on peut customiser à loisir, une poignée à l’arrière pour transporter la machine et même deux petits supports à l’avant pour poser son casque.

J’ai par contre été agréablement surpris par la taille du boîtier. Le constructeur a fait un boulot de dingue en réduisant au maximum les dimensions, proposant un espace de 19,6 litres, dans 170 x 376 x 433 mm (largeur / hauteur / profondeur), pour un poids d’environ 13 kg. Une belle petite prouesse, qui en plus, ne limite pas l’évolution dans le temps, avec l’ajout de disque, de RAM, le changement de carte graphique, puisque MSI propose des emplacements supplémentaires ou la possibilité de changer de carte graphique et de processeur. Malheureusement, je n’ai pas pu ouvrir la machine, ne voulant pas « casser » la garantie posée dessus.

Y a quoi sous le capot ?

On n’achète pas un PC de gamer pour faire joli. Ce qu’on cherche avant tout, c’est la performance ! Et pour ça, MSI a blindé son Aegis 3 de matériel haut de gamme. Avant toutes choses, sachez qu’il existe plusieurs modèles de Aegis 3, donc si vous souhaitez en achetez un, regardez bien la fiche technique. Le modèle qui m’a été prêté n’était pas le plus puissant de tous, donc attention.

De mon côté, j’avais à ma disposition un PC monté sur une carte mère MSI MS-B9071, doté d’un CPU Intel Core i7-7700K (7ème génération) cadencé à 3,6 Ghz et disposant de 8 Mo de cache. Une vraie petite merveille de technologie offrant une haute performance grâce à une finesse de gravure à 14 nanomètres. En plus de ça, il est possible d’utiliser un mode Turbo Boost pour pousser l’engin à 4,20 Ghz.

La partie graphique n’a pas non plus été oubliée, avec une carte NVIDIA GeForce GTX 1070 Gaming 8 Go RAM GDDR5, histoire de bien faire les choses. Et comme si je n’avais pas assez de puissance à disposition, la carte mère embarquait 2 x 8 Go de RAM en SO-DIMMs DDR4 2400 MHz. Enfin, j’avais un disque SSD 256 Go de chez Kingston, histoire d’avoir assez place pour Windows 10 et de pouvoir tout de même installer quelques jeux et applications. Amplement suffisant pour cette phase de test.

Outre les performances, on attend aussi d’un PC qu’il soit pratique. De ce côté là, MSI n’a pas vraiment lésiné sur les connectiques. En façade, on retrouve 2 ports USB 3.1 dont 2 avec fonction Super Charger, un port USB-C, une entrée jack pour un micro, une sortie jack pour un casque et, la bonne idée, une sortie HDMI pour y connecter son casque de réalité virtuelle, comme un HTC Vive ou un Oculus Rift (que j’aimerais bien tester chez moi). Sur le haut de la façade se trouve un bouton qui nous rend puissant, puisqu’il peut activer le mode boost ou le mode cooling du processeur. Enfin, on retrouve un lecteur DVD/Blu-Ray, ce qui peut être parfois pratique.

L’arrière du Aegis 3 n’est pas en reste, proposant 2 ports USB 2.0, 4 ports USB 3.1, une sortie HDMI, une entrée HDMI (VR-Link port), 1 port Display Port, 5 ports OFC Audio jacks, une entrée S/PDIF, une connection RJ45 LAN Gigabit Ethernet Killer E2500 et un port PS/2. On peut aussi noter qu’en plus de cela, la carte graphique propose 3 ports DisplayPort, 1 sortie HDMI et une en DVI-I. Bref, on a de quoi brancher pas mal d’écrans et de périphériques.

Enfin, tout cela prend vie grâce à l’alimentation de 600 watts certifiée 80 Plus Silver, astucieusement logée dans la partie basse du boîtier, faisant ainsi office de pied.

Des performances au rendez-vous

Je ne vais pas parler des différentes applications de MSI, comme le Killer Control Center, Nahimic 2, MSI Game Center ou encore le MSI Dragon Eye, sinon, je ne finirais jamais l’article. Non, entrons plutôt dans le vif du sujet avec quelques tests pratiques sans overclocking. Franchement, d’autres sites le font mieux que moi et je pense aussi que la plupart des gens n’utilisent que peu ce genre de fonctions. Et puis, comme je n’ai pas envie d’acheter de licences de benchmark type 3D Mark histoire d’avoir un truc récent, ce n’est pas forcément très simple. Du coup, j’ai utilisé uniquement que des softwares gratuits, mais les résultats sont là tout de même. Par exemple, pour un test sous 3D Mark 11 en gratuit, le score est très largement positif !

J’ai aussi fait quelques stress tests et le PC n’a pas bougé plus que ça. Evidemment à un moment, le CPU et la RAM étaient totalement à la ramasse, mais c’est tout à fait logique dans ce genre de tests. On a rarement des fichiers stockés en RAM faisant plus de 20 Go. Du coup, je me suis dit que j’allais lancer quelques jeux histoire de tester les performances. J’ai été particulièrement surpris des résultats, alors que j’ai poussé les performances en ultra (petit détail, je suis en 1080p, donc pas de 4K en test ici). Concernant Metal Gear Solid V: The Phantom Pain, Forza Horizon 3 ou encore BioShock dans son édition remasterisé, tout passe parfaitement en ultra et avec une moyenne de 60 FPS. J’ai par contre eu un peu plus de mal avec Deus Ex : Mankind Divided, qui propose un test de performance intégré dans le jeu. Ce dernier s’est révélé être assez moyen, avec une moyenne de 25 FPS en ultra. Chose bizarre, puisque le titre tourne pourtant parfaitement.

Conclusion

Que dire, si ce n’est que le Aegis 3 de MSI est une excellente machine ? Si on aime son design un peu Transformers et que l’on cherche un PC performant, c’est clairement ce qu’il vous faut. Le seul petit hic pour moi, c’est le prix. Il faut compter environ 2000€ pour la machine que l’on m’a prêté, ce qui peut faire un peu peur. Voir carrément foutre les miquettes. Mais pour ce prix, vous avez un PC très performant, évolutif, prêt pour la VR et dispo pour la 4K. Honnêtement, si vous n’y connaissez pas grand chose en montage de machine, c’est parfait.

Frostis Advance

Blogueur Nantais, mais rédacteur sur Factornews.com, pilier chez NintenDomaine.com, organisateur de 3DS in Nantes. Je suis aussi sys admin dans la vraie vie, fan de comics, musiques, cinéma, de LEGO, etc... bref, de bien trop de choses.

Une pensée sur “Test – MSI Aegis 3, un PC survitaminé

Laisser un commentaire