Hellfest 2016 : toujours plus fou !

L’an dernier, j’ai vécu mon premier Hellfest et il faut bien avouer, j’avais pris une énorme baffe en pleine gueule. Un nombre de groupes astronomique, des styles très différents, une mise en scène absolument fantastique et surtout, des festivaliers tous ultra sympas. Cette année, j’y suis donc retourné avec ma copine et quelques amis proches, histoire de passer 3 jours hors du temps et de l’espace, hors du train-train quotidien et surtout, dans le but d’en prendre plein les yeux et les oreilles ! Je reviens donc ici, trois semaines après ce Hellfest 2016, histoire de livrer mes impressions. Et comme l’an passé (voir l’article), je vais parler de ce qui m’a touché et non faire un détail de mon planning ou même de mon style de fringues.

Bordel c’est beau !

J’aime dire que le Hellfest est le Disneyland du métal. Si certains trouvent ça mainstream ou je ne sais quoi, moi, je trouve ça beau. Franchement, ça plait à qui d’aller passer 3 jours complets dans un festival totalement moche et sans décoration ? Quitte à y passer des heures et des heures, autant le faire dans un environnement beau et cohérent. Et sur ce point, les organisateurs du Hellfest ont encore une fois de plus frappés très fort cette année.

Comparé à l’an passé, il y a eu de gros changements à commencer par Hellcity Square. L’an passé, j’avais comparé cette place à Main Street de Disneyland. Cette année et après un voyage à Londres en mai dernier, je me suis rendu compte que l’inspiration vient clairement de Camden Market, ce qui au final, correspond bien plus à l’ambiance. On retrouve donc le gros gorille, la Ford Mustang encastrée au 1er étage d’un immeuble, la grande guitare Gibson, la grosse chaussure Dc Martins, bref, tout est là comme l’an passé. Par contre, le machin World of Warcaft de l’année dernière a laissé place à un nouveau bar, le Hellgate, servant uniquement des trucs un peu costaux type Jack Daniels, Jägermeister et autre Ricard. C’est une très bonne idée, puisque ça permet de garder ses alcools forts en dehors du festival.

Là, c’est Londres et plus particulièrement le quartier de Camden Market.

Un marché qui rend dingue avec une super ambiance et des fringues partouuuuuut *_*

Une photo publiée par Fro (@frostisadvance) le

Ici, le Hellfest. La ressemblance est frappante non ?

Concernant l’entrée dans le festival, on ne change pas une équipe qui gagne et on se retrouve donc devant la cathédrale. Pour préciser les choses, l’entrée principale du Hellfest se fait au niveau des chapiteaux noirs de la photo juste au dessus. C’est là où on te pose le bracelet que tu gardes à ton poignet pendant les jours à venir. Par contre, il faut refaire la queue à la cathédrale pour entrer véritablement sur le festival, là où se trouve les scènes. Fort heureusement, l’ambiance est toujours bon enfant et à moins d’arriver aux heures de pointes, l’attente ne dépasse rarement les 20 minutes. Malgré tout, c’est une chose à prévoir. 

On y est presque !

Une photo publiée par Fro (@frostisadvance) le

Une fois entrée, peu de choses ont été modifié à première vue. Le machin de skateboard a dégagé pour être placé bien plus loin, au niveau de la scène Warzone qui, cette année, prend toute son ampleur. Je crois que l’agrandissement fait un hectare complet et le résultat est vraiment réussi. En gros, il y a maintenant des bars et restaurants dans cette zone, mais surélevés par rapport à la fosse, qui se retrouve en contrebas, dans une sorte de décor de prison avec barbelé et miradors. Ça a permis de fluidifier grandement le passage des gens venant ou partant de la Warzone, mais aussi de laisser un coin « manger » plus au calme. Et le plus impressionnant étant évidemment l’énorme statue de Lemmy Kilmister, rendant hommage au leader de Motörhead qui nous a malheureusement quitté en décembre 2015. Une vraie claque dans la gueule à coup de guitare électrique. Une statue vertigineuse de 15 m de haut. Un mausolée.

Lemmy ! #Hellfest

Une photo publiée par Fro (@frostisadvance) le

dav

hellfest-2016-plan

Un max de concerts !

Comme l’an passé, un petit récap de « quoi passe sur quelle scène » est à faire. Ce qu’il faut savoir, c’est que le Hellfest propose 6 scènes principales, passant des groupes aux styles très variés. Le but est évidement de se repérer et si possible, de pouvoir optimiser ses déplacements. Par exemple, je sais que tout ce qui est black metal, viking metal et groupe un peu trop criards, c’est pas ma came. Donc je sais que généralement, rien ne m’intéresse en Altar et Temple. Au contraire de la Valley et des Mainstage qui proposent des groupes dans mon style d’écoute. Voici quelques détails.

Mainstage 1 : Heavy metal traditionnel, Hard rock
Mainstage 2 : Metal alternatif, Nu metal, Metalcore, Thrash metal
The Altar : Death metal, Grindcore
The Temple : Black metal, Folk metal, Viking metal
The Valley : Doom metal, Stoner rock, Sludge metal, Post-metal
The Warzone : Punk hardcore, Punk rock, Metalcore, Crust punk
Plus le Metal Corner, qui n’est pas sur le fest, mais plutôt du côté camping. C’est là bas qu’on retrouve le Tremplin rock et des DJ Sets marrants.

Si l’an passé, j’avais suivi 12 concerts, cette année, j’ai battu mon record avec 17 concerts en trois jours ! Plus ceux dont je ne me souviens plus trop, mais ça compte pas.

VENDREDI 17 JUIN
Wo Fat (Valley)
Halestorm (Mainstage 1)
Mass Hysteria (Mainstage 2)
Turbonegro (Mainstage 2)
Dropkick Murphys (Mainstage 2)
Rammstein (Mainstage 1)
The Offspring (Mainstage 2)

Grosse première journée avec quelques groupes que je ne voulais pas louper. Mes coups de cœurs iront de suite vers Turbonegro (qui m’ont fait acheter un vinyle dernièrement d’ailleurs), Dropkick Murphys que je ne connaissais pas du tout et évidemment, le concert de Rammstein qui était à voir ne serait-ce que pour les effets pyrotechniques. J’ai aussi beaucoup apprécié The Offspring qui, malgré l’âge, arrive à tenir la route et à nous ramener 20 ans en arrière. En plus, ils ont joué la musique de Crazy Taxi, donc c’était forcément cool. Ah et, mention spéciale à Mass Hysteria qui a mis une ambiance de folie comme on en voit rarement.

Mass Hysteria, une énergie de fou malade sur scène ! Génial ! #hellfest

Une photo publiée par Fro (@frostisadvance) le

Rammstein c’était TROP bien ! #Hellfest

Une photo publiée par Fro (@frostisadvance) le

Coucou j’ai 12 ans et j’écoute Offspring :) #Hellfest

Une photo publiée par Fro (@frostisadvance) le

SAMEDI 18 JUIN
Torche (Valley)
Sick of It All (Mainstage 2)
Hermano (Valley)
Fu Manchu (Valley)
Gutterdämmerung (Warzone)

Le samedi était pour moi une journée « off » dans tous les sens du terme. Déjà parce que le petit déjeuner m’a un peu tapé la tête, mais aussi parce qu’à part Torche (que j’ai déjà vu au Ferrailleur l’an passé), il n’y avait que Fu Manchu que je voulais voir. Du coup, j’ai quelques brides de souvenirs de Sick of It All et Gutterdämmerung (qui est un super projet). A noter que nous avons eu droit à un sublime feu d’artifice en l’honneur de Lemmy.

Petit déjeuné du #Hellfest :)

Une photo publiée par Fro (@frostisadvance) le

Bel hommage à Lemmy au #Hellfest

Une photo publiée par Fro (@frostisadvance) le

DIMANCHE 19 JUIN
Kadavar (Valley)
Rival Sons (Valley)
Walls of Jericho (Warzone)
Ghost (Mainstage 2)
Black Sabbath (Mainstage 1)

Enfin, le dimanche, journée de toutes les journées puisque je voulais absolument rien louper de cette liste et qu’en bonus, j’ai eu Walls of Jericho. D’ailleurs, cette journée marque aussi mon coup de cœur de cette édition avec Rival Sons, qui nous a livré un concert fabuleux, avec un chanteur qui a la même voix qu’en studio et des musiciens juste parfaits, le tout avec un sens du spectacle qui va bien. De même même pour Kadavar, toujours au top, ou encore Ghost qui a mis le show comme il se doit et enfin, Black Sabbath qui nous a donné son dernier concert en France. Mine de rien, je peux le dire maintenant : j’ai vu Black Sabbath !

Toujours aussi bon #Kadavar ! #Hellfest

Une photo publiée par Fro (@frostisadvance) le

Rival Sons, une énorme claque dans la gueule et un chanteur absolument fabuleux ! #Hellfest

Une photo publiée par Fro (@frostisadvance) le

Walls of Jericho O_o #hellfest

Une photo publiée par Fro (@frostisadvance) le

Black Sabbath en live. Ça, c’est fait. #Hellfest

Une photo publiée par Fro (@frostisadvance) le

En bref…

J’ai aimé :

  • la programmation, toujours au top
  • le site encore plus beau que l’an passé
  • l’ambiance festive et bon enfant
  • la bière, le muscadet et le Jägermeister
  • de toilettes et de l’eau partout !
  • la propreté générale du festival
  • l’agrandissement de la Warzone

J’ai pas trop aimé :

  • la carte Cashless pas encore au point (2h de queue pour recharger?!)
  • les moyens de paiement en règle générale
  • le réseau téléphonique à la ramasse

Il tape le bracelet @hellfestopenair de cette année !

Une photo publiée par Fro (@frostisadvance) le

J’entends ici et là dire que le Hellfest est devenu mainstream, hype ou je ne sais quoi. Peut-être. C’est certain que le festival surf sur la vague de son succès et ce serait complètement débile de ne pas le faire. C’est certain aussi que le festival fait très Disneyland, mais est-ce un défaut ? Oui, la place en prévente pour le Hellfest 2016 était à 149€ et le pass 3 jours à 200€ pour le reste. C’est pas donné, c’est certain. En plus, la prévente du Hellfest 2017 est passée à 159€. Mais vu le nombre de groupe, l’ambiance générale, le dépaysement total et la qualité de la programmation, ce serait dommage de s’en priver non ? En tout cas, moi, j’y retourne l’année prochaine !

Frostis Advance

Blogueur Nantais, mais rédacteur sur Factornews.com, pilier chez NintenDomaine.com, organisateur de 3DS in Nantes. Je suis aussi sys admin dans la vraie vie, fan de comics, musiques, cinéma, de LEGO, etc... bref, de bien trop de choses.

Une pensée sur “Hellfest 2016 : toujours plus fou !

Laisser un commentaire