Test – Strum, les intra-auriculaires de Skullcandy

Je dois avouer que je ne connaissais pas la marque Skullcandy avant que Fro ne m’en parle. Si j’ai une véritable obsession pour la musique au point de vivre rythmée par elle, j’ai malheureusement tendance à l’écouter avec du matériel bas de gamme, réduisant drastiquement les possibilités d’avoir un son potable.

Pourquoi me demandez-vous. Tout simplement parce qu’après avoir ruiné plusieurs casques ou écouteurs assez chers à cause de mon karma en carton,  j’ai cessé de racheter du vrai matériel et me suis contentée de subir grésillement, fils arrachés, et basse omniprésente ou totalement inexistante afin de ne pas me ruiner à nouveau.

Alors quand Fro m’a proposé de tester les tous nouveaux écouteurs STRUM de Skullcandy, j’ai tout de suite dit OK ! (Puis ça l’arrangeait bien le bougre aussi, puisqu’il déteste les intra-auriculaires.)

 Unpack

ecouteurs-strum-skullcandy-packaging

Vendredi. Réception du paquet. Joie.

Déballage express. La petite boite contient :

  • la fameuse paire d’écouteurs,
  • deux tailles d’embout en silicone (S et M),
  • une petite boite en plastique pour ranger le tout,
  • la garantie, et la notice explicative.

ecouteurs-intra-skullcandy-strum skullcandy-strum-ecouteurs-intra-auriculairecontenu-strum-skullcandy

 

 

 

 

 

On notera que c’est emballé soigneusement. Tout est bien calé dans un emballage plastique robuste. C’est toujours du positif.

Les points forts

Des écouteurs simples mais solides !

Première prise en main : les Strum sont vraiment légers. Clairement je pense qu’ils seront mes nouveaux compagnons de course. Le câble, même s’il ne doit pas dépasser le mètre je pense, est robuste. Les fils intérieurs sont protégés par une espèce de plastique-silicone assez épais tout autour. Le fil est vraiment souple, on peut le tordre, le plier, le tirer, sans jamais qu’il ne bronche. J’ai passé plusieurs semaine à jouer avec pendant que j’écoutais ma musique, et ils n’ont pas bougé.

Autre bon point : ils ne s’emmêlent quasiment jamais. Oui car il faut l’avouer j’ai vite abandonné la petite boite au fond de mon sac. Je range toujours mes écouteurs un peu dans la précipitation et n’aie pas la patience de bien les ranger proprement dans leur boite… Bonne nouvelle donc, ils résistent très bien au voyage au fin fond d’un sac à main rempli de bordel ! Autant dire que c’est une véritable libération moi qui perdait parfois dix minutes à les démêler.

strum-skullcandy-close-up

Le design des écouteurs est relativement sobre. Les miens sont noirs, mais ils sont également disponible en blanc et en bleu. Impossible de ne pas savoir qu’il s’agit de Skullcandy puisque la marque est apposée absolument partout. Des têtes de mort sont présentes sur les oreillettes, sur le silicone des oreillettes, sur le bouton du volume, et sur le boitier du câble.

Ils sont relativement discrets une fois mis en place. Bon nombre de mes collègues ne remarquent pas quand je les porte, et parlent inlassablement dans le vide avant que je ne les remarque.

Best fit ever

Pour continuer sur le design, on ne peut pas passer à côté de leur forme unique. J’ai déjà eu des intra mais pas comme ceux-la. Ils sont véritablement conçus pour rentrer dans votre oreille, à l’intérieur de votre conduit auditif. C’est presque bizarre au début puis en fait on s’habitue et ça devient vraiment confortable. Impossible de se tromper d’oreille. Vous pourrez toujours essayer, l’oreillette gauche ne rentrera pas dans l’oreillette droite.

Le bout de l’oreillette est flexible et permet donc de le positionner correctement et sans forcer dans votre oreille.

Comme annoncé sur la boite, les écouteurs tiennent leur promesse : BEST FIT EVER.

Une fois dans l’oreille, l’écouteur ne bouge plus. C’est assez dingue d’ailleurs je trouve. J’ai testé en courant, en bougeant frénétiquement la tête, et en baissant la tête pour ramasser des trucs sous mon bureau. L’oreillette ne bouge pas d’un millimètre ce qui est vraiment agréable.

Autre avantage de cette forme : vous pouvez tout à fait vous en servir comme simples boules quies. Perso, je travaille en open space et j’ai parfois besoin de m’isoler du bruit extérieur pour me concentrer mais sans avoir envie d’écouter de la musique. Ces écouteurs sont parfaits pour ça. Ils isolent très bien du bruit et sont bien plus faciles à mettre que des boules kies qu’il faut parfois tordre dans tous les sens pour qu’elles tiennent dans notre oreille.

Une bonne isolation phonique

Comme expliqué précédemment, ces intra sont vraiment au cœur de votre conduit auditif. L’isolation avec le monde extérieur n’en est donc que meilleure ! Ainsi, contrairement à des écouteurs ordinaires où en cas de volume assez fort le reste de la Terre pouvait entendre ce que vous écoutiez, ici ce n’est pas le cas.

Thank God vu les musiques mainstream que je peux écouter parfois (Taytay <3).

J’ai testé à plusieurs reprises au bureau et dans le bus. Si on oublie mon mémorable fail au bureau où je n’avais pas branché mes écouteurs sur la bonne prise casque, dans l’ensemble c’est plutôt bon. Alors bien sûr vous n’aurez jamais l’isolation phonique d’un casque mais on est franchement dans le haut du panier pour des écouteurs !

A moins d’écouter au volume max vos musiques (et donc vous défoncer les tympans par la même occasion), les gens autour de vous, pour peu qu’il y ait un peu de bruit, n’entendront franchement pas ce que vous écoutez ! Et vous n’entendrez pas non plus les gens qui vous parlent (attention aux effets « bouh ! » quand quelqu’un vous parle dans le bus ou dans la rue donc) !

Ces écouteurs sont donc parfaits pour écouter peinard votre musique, dans votre bulle, où que vous soyez.

Un son propre

On ne peut bien sûr pas éviter la question. Le son est-il bon ? Et bien ma foi oui ! Fin du test. Bisou. Ciao. Je suis loin d’être une pro en la matière donc je vais expliquer mon ressenti avec mes petits mots.

J’ai testé les écouteurs sur mon pc et sur mon téléphone. A peu près à temps égal je pense étant donné que j’ai mes oreillettes greffées dans mes trajets puis ensuite au taf.

Mes playlists sont pleines de surprises passant de Taylor Swift à The Black Keys en passant par Queen, Mickaël Jackson, Clutch, College, Eagles of Death Metal, Elvis Presley, Nina Simone, The Kooks, Mastodon, Lorde, Queens of the stone age, Bruno Mars, N.E.R.D, Royal Blood, Sia, Portishead, Le Tigre, et des bandes originales à foison (Birdman, Pulp Fiction, American Hustle, The boat that rocked, The Blues Brothers, Drive, Guardians of the galaxy, etc.).

Débattre de mes goûts n’étant pas la question, revenons à nos moutons.

L’avantage d’avoir une playlist si éclectique permet de tester à la fois les aigus et les basses. Bon bien sûr il faut prendre aussi en compte le rendu sonore de mon téléphone (Samsung Note 3 Light). Niveau son il n’est pas dingue. J’ai régulièrement des bugs avec le son qui saute, ou des petits grésillements mais pour les fois où ça fonctionne le rendu est pas trop mal, même en mettant fort.

J’ai donc pu tester en écoutant tant du classique, que du mainstream, du rock, du metal, ou encore des musiques très épurées comme dans la BO de Birdman. Et je suis agréablement surprise. Le rendu sonore est vraiment plutôt bon (pour des écouteurs). Les basses sont belles et bien présentes mais ne sont pas omniprésentes. Elles n’étouffent pas l’ensemble et se font discrètes quand il le faut. Les aigus sont transperçant (testé notamment en écoutant Igor Stravinsky et Swan Lake de Tchaïkovski).

De manière générale, le son est propre. Je n’ai pas eu de grésillement même en poussant sur le volume.

Je ne peux vous conseiller que Swan Lake, Op. 20/10 pour tester facilement les graves et les aigus, tant ce morceau passe de la délicatesse à la puissance. Le début de Roads de Portishead est également un morceau pas mal pour tester les basses !

Les points faibles

Eh oui malheureusement il y a aussi des défauts.

Universal mic & remote

Ce qui aurait pu être un point fort n’en est pas un pour moi. Déjà parce que je trouve la manette de commande très mal placée. Elle est située sur le câble qui mène à l’oreillette gauche. Juste en dessous ou presque.

Premier mauvais point : cela apporte un poids supplémentaire d’un côté. Les oreillettes ne sont donc pas totalement équilibrées. C’est dommage. Même si la différence est minime, on la sent tout de même.

barre-volume-ecouteurs

Deuxième mauvais point : sa position en elle-même. Je trouve la manette beaucoup trop haute. J’aurais préférée qu’elle soit au même niveau que l’embranchement des deux oreillettes. On ne voit pas ce qu’on fait puisqu’on ne voit pas les boutons. C’est rapidement chiant de devoir tâtonner en étant sûr d’être sur le bon bouton.

Troisième mauvais point : la barre de volume. Je la trouve un peu trop dure à manipuler. On est obligé de tenir assez fermement la manette. Je pense que les mecs ont vu venir la critique et ont heureusement placé le petit bouton de contrôle un peu plus bas afin d’éviter les pressions aléatoires dessus. Mais je trouve quand même que la barre est un peu trop rigide et qu’on peut difficilement régler comme on le souhaite le volume. C’est trop approximatif.

Quatrième et dernier mauvais point et non des moindres, le pompon si je puis dire : je n’ai JAMAIS pu faire fonctionner cette foutue soit-disante télécommande universelle . Et pourtant j’ai essayé. Car si une notice est fournie, elle nous dit simplement le nombre de pressions sur le bouton pour faire telle ou telle action. J’étais joie en branchant mes écouteurs pour la première fois et j’ai vite déchanté quand j’ai constaté que seule la barre de volume fonctionnait. J’ai testé sur différentes applications (Google Play, VLC, Samsung Music, etc.) mais rien à faire le bouton est resté inactif.

Ni une ni deux, j’étais déjà sur l’internet dark afin de trouver une solution. Il semblerait que je dois installer une application spéciale pour activer le système de télécommande universelle. Que cela ne tienne je fonce sur Google Play. Recherche : skullcandy. Plusieurs applications sont proposées. Je décide d’en tester 3. Les trois mieux notées tant qu’à faire, et gratuite aussi (faut pas déconner quand même).

J’ai donc testé Ultimate Headset Controller, JAYS Headset Controller, et Headset Button Controller Trial. Et bah figurez-vous qu’aucune de ces applications n’a fonctionné. Je ne suis pas une buse et aie donc suivi à la lettre les instructions de paramétrage, mais rien à faire ça n’a jamais fonctionné. A mon avis, ce n’est pas entièrement la faute de Skullcandy, peut-être que cette version n’est pas compatible avec ma version d’Android. Je n’en ai aucune idée. Mais bon j’étais forcément un peu déçue, déjà de devoir patouiller pour trouver pourquoi ça n’a pas fonctionné directement au premier branchement alors que le packaging annonce clairement qu’ils sont universels, et un peu plus encore quand j’ai vu que ça ne marcherait jamais.

Après il faut aussi se dire que ça reste assez gadget. Même s’il aurait été pratique de ne pas avoir à sortir son téléphone pour passer une chanson par exemple ou mettre en pause, c’est sûr. Au final j’ai fait sans et je n’en suis pas morte. Mais je n’en suis pas moins déçue.

Community manager en mousse

Et ma déception n’a été que plus grande quand personne ne m’a répondu sur Twitter. J’ai demandé deux fois, gentiment, et poliment, si quelqu’un pouvait me conseiller une application, pour voir si ça venait de mon téléphone, d’android, ou d’autre chose. Mais que dalle. Je n’ai jamais eu de réponse.

A l’heure actuelle, je trouve ça véritablement dommage et triste que les mecs ne répondent pas sur Twitter, ou nous renvoie au minimum vers le service client. M’enfin bref, je dramatise pour pas grand chose je sais.

Aucun danger pour les oreilles ?

Hum j’en suis de moins en moins sûre. Depuis que j’utilise ces intra auriculaire, j’ai développé une petite otite dans mon oreille gauche. Il faut savoir que je n’en avais encore jamais eu auparavant. Et que j’utilisais vraiment très rarement des intra auriculaires. Étant donné que je n’utilise que les Strum depuis deux mois maintenant je me demande si cela peut être lié.

Après tout, ils sont presque en contact direct avec les tympans, et ils cloisonnent parfaitement le conduit auditif donc la pression acoustique est plus forte qu’avec un casque ou des écouteurs normaux.

Donc attention à vos petites oreilles tout de même ! On respecte un volume décent !

En bref

Les + :

  • la qualité du son
  • ils ne s’emmêlent jamais putain !
  • solidité
  • légèreté
  • un design sobre

Les – :

  • le prix : 50 balles ça me fait un peu mal pour des écouteurs quand même
  • la télécommande & micro universel : n’a pas fonctionné chez moi et est mal situé
  • la longueur du câble : je le trouve un peu court
  • je m’interroge sur les effets que peuvent avoir à long terme des intra auriculaire aussi intrusifs dans notre conduit auditif …

Vous pouvez trouver ces écouteurs sur le site de Skullcandy au prix de 49,99 € (le 1 centime qui change tout fiou). 

Ce test est enfin fini. Merci de m’avoir lu (ou non). Des bisous. A jamais !

Laisser un commentaire