Voyage à Nantes : Ultima

En tant que Nantais, mais aussi via mes activités dans le domaine du jeu vidéo (3DS in Nantes, NintenDomaine et Factornews), je me devais de visiter l’exposition Ultima qui se tient au Lieu Unique dans le cadre du Voyage à Nantes. Une exposition gratuite, ouverte à tous et surtout, dans un lieu comme celui-ci, c’est une chance. Alors autant en profiter.

Ultima, Musée pop du jeu vidéo

Je ne vais pas copier/coller l’excellente présentation du Lieu Unique (visible ici), parce qu’il n’y aurait aucun intérêt. Du coup, voici un petit résumé et surtout, mon ressenti suite à cette visite. Ultima est donc une exposition sur l’histoire du jeu vidéo, qui se veut interactive, évolutive et expérimentale, le tout avec une petite collection de consoles en exposition, mais aussi une douzaine d’écran géant permettant de jouer à divers jeux. La personne à l’origine de ce projet est Pierre Giner, un artiste qui a déjà fait parler de lui avec une autre exposition en 2010, Museogames, qui fut tout de même la première exposition jouable dans une institution culturelle française, au musée des Arts et métiers à Paris.

Ok, mais Ultima, c’est bien ?

Le pitch est simple, donc passons de suite à mon avis, et je dois dire que globalement, l’exposition est plutôt bonne, même si pas sans défaut. Le lieu dans lequel se trouve Ultima est très grand. Imaginez-vous une grande salle rectangle, sans petites pièces cachées ou couloirs, juste une énorme pièce. On débarque là, dans cette énorme pièce éclairée uniquement par des écrans et une grande frise chronologique augmentée, comme ils disent dans la présentation. Concrètement, cette frise est composée de 4 ou 5 écrans via vidéoprojecteurs, et proposent tout un tas de vidéos, anecdotes et interviews. C’est joli et design, mais malheureusement, je n’ai vu que peu de monde s’attarder et lire cette frise pourtant si intéressante. Peut-être que cette impression de ne rien contrôler est perturbante, surtout dans une expo sur le jeu vidéo.

ultima-image01

ultima-image02

ultima-image03

ultima-image04

Par contre, la collection, au fond de la salle et se présentant comme une grande ligne droite a eu son heure de gloire. Les personnes que j’ai croisé étaient toutes très enthousiastes et souvent j’ai entendu des « oh regarde chérie, c’est ma première console ! » ou encore des « mais, qu’est-ce que c’est que cette console. J’en ai jamais entendu parlé. La Neo Geo. Certainement une console bof bof. » Je dois avouer que je trouve toujours assez drôle d’écouter les gens découvrir des consoles. Et même que bien souvent, je ne peux pas m’empêcher d’aller leur parler pour les renseigner, mais aussi pour discuter jeu vidéo, tout simplement.

Cette exposition de consoles est vraiment sympa, retraçant de très belles années, allant des les vieux Amstrad, ColecoVision, en passant par le NES, la Super Nintendo, Master System, Mega Drive, Game Boy, mais aussi les plus récentes PlayStation, Dreamcast, Saturn, PlayStation 2, Xbox, GameCube, etc… Vraiment bien. Mais là, mon petit coeur de joueur possédant quelques dizaines de consoles et plus de 800 jeux a relevé des erreurs.

ultima-image05

ultima-image06

Déjà, je trouve qu’il n’est pas terrible d’exposer des consoles qui ne sont pas en parfait état. J’ai vu des Game Boy blindés de rayures, une Game Boy Advance avec l’écran cassé, des jeux pas forcément représentatifs de ce qui se faisait de mieux sur le support à l’époque, une Neo Geo CD… CD ! et non cartouche !, des boîtes de jeux en très mauvais état, un flingue MadCatz pour la Xbox, bizarrement deux couleurs pour la Game Cube, etc… Des petits détails qui n’ont pas forcément sautés aux yeux des visiteurs lambda, mais qui brûlent les rétines des joueurs avertis et passionnés. J’ai aussi noté de nombreux absents, comme la PC-Engine, mais aussi la génération précédente de consoles : exit donc les Wii, PlayStation 3 et Xbox 360, de même que les Nintendo DS et la PSP. Alors on va me dire « oui mais c’est normal, ça s’arrête à la Game Cube ». Ok. Mais alors que fait une Game Boy Micro dans le lot, alors que cette console est arrivée en 2005 ? De même pour la Game Boy Advance SP, qui date de 2003.

ultima-image07

ultima-image08

Quelques erreurs donc au niveau du choix des consoles, mais aussi des erreurs sur les écrits. Non, Steam n’est pas la plateforme de jeu en ligne de Microsoft. Et non, SEGA n’a pas coulé parce que Final Fantasy n’est pas sorti sur Dreamcast (SEGA n’a jamais eu un seul épisode d’ailleurs), de même que Fifa, puisque la firme du hérisson avait son Virtua Striker.

Du coup, ça laisse un petit sentiment d’innachevé pour le connaisseur que je suis. Pourquoi ne pas avoir demandé aux Nantais de préter certaines consoles ? Le nombre de collectionneurs dans notre belle ville est assez conséquent ! Je peux comprendre que l’artiste ait voulu faire son expo avec ses consoles, mais parfois un coup de main, c’est bien aussi.

Et on joue à quoi, comment ?

La meilleure idée d’Ultima est de laisser la chance aux visiteurs de jouer. Loin des expo où la seule chose à faire est de lire/regarder, Ultima offre donc à n’importe qui le droit de jouer à un jeu vidéo pendant une session de 15 minutes. Concrètement, les visiteurs s’installent sur une structure en bois (un peu inconfortable par contre) proposant une manette Xbox 360 et découvre un jeu, au hasard, parmi les plus grands titres de l’histoire… ou presque.

Apparemment, les droits d’utilisation de certaines licences n’ont pas été donné, de ce fait, on se retrouve parfois avec un jeu Sonic non officiel, ou avec un Super Mario Bros. 3 complètement modifié pour donner lieu à… Super Nazi Penis Cartel Freedom Fighters 3. Je dois avouer que pour une exposition sans limite d’âge, ce genre de hack aurait pu être évité. En plus, c’est loin de rendre hommage à l’excellent jeu de Nintendo ! J’ai tout de même pu apercevoir ici et là Viewtiful Joe, Limbo, Colin McRae, Quake, ou encore Crash Bandicoot, ce qui fait tout de même plaisir.

ultima-image09
Le seul gros défaut est, pour moi, l’installation dans sa généralité. En gros, nous n’avons pas de consoles reliées aux pads 360, mais des PC. Ceux-ci sont rebootés toutes les 15 mins, puis ensuite, une fois sur le bureau de Windows 8.1, on voit la souris se balader pour lancer des ISO de jeux. Pas hyper pro de rendre hommage au jeu vidéo avec des ISO non ? En plus de cela, les émulateurs n’étaient pas forcément bien paramétrés et les personnes de l’exposition sont obligés d’aller voir toutes les personnes installées, pour leur dire de ne pas toucher au bouton de la manette…

On s’est retrouvé ma copine, mes amis et moi à jouer à Quake dans une configuration plus que déroutante, avec des ennemis transparents, le saut sur la flèche du bas et des murs bugués. Pas terrible comme démo, surtout pendant 15 mins. Heureusement, on a pu s’amuser sur Colin McRae version PlayStation, pour enfin lâcher le pad quand la personne en charge du chargement des ISO a décidé de lancer Civilization…

Très franchement, je n’ai pas compris pourquoi tout n’a pas été automatisé à l’aide de script, et aussi, pourquoi les jeux n’ont pas été forcément testés.

ultima-image10

ultima-image11

ultima-image12

Conclusion

Je suis forcément très dur avec ce genre d’expositions, parce que je suis passionné, un peu collectionneur sur les bords et très connaisseur. Dans sa globalité, Ultima propose une expérience sympa, mais pour la personne qui ne connait pas bien le jeu vidéo, c’est un peu quitte ou double. Les démos étant blindées de bugs, l’installation pas forcément très professionnelle (ça fait très amateur le coup de lancer les ISO…), plus certaines consoles en mauvais états, ça ne donne pas forcément une très bonne impression du jeu vidéo. Malgré tout, cela reste une excellente initiative, à refaire évidemment, et peut-être que la prochaine fois, les organisateurs feront un petit appel à certains Nantais, connaisseurs et passionnés, qui peuvent aider à rendre le tout plus cool :)

Crédit photos : Ingrid Bras

2 Replies to “Voyage à Nantes : Ultima”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.