Hellfest 2015 : retour sur mon voyage en enfer

Après une bonne grosse semaine de repos, je me devais de faire un petit retour sur le Hellfest 2015. Habitant la belle ville de Nantes, aimant les musiques dites « extrêmes » et tous les genres gravitant autour, je me suis rendu compte que je n’avais jamais mis les pieds au Hellfest, pourtant si proche de chez moi. Alors pour les 10 ans de ce festival, cette année, j’ai décidé d’y aller ! Et franchement, pour une première fois, c’était top. Oh, ne vous attendez pas à lire une sorte de planning de mes journées. Déjà parce que c’est chiant à lire, mais aussi parce que c’est chiant à écrire. Non par contre, je vais plutôt décrire ce qui m’a touché pendant ces trois jours de festival que j’ai passé avec ma copine et des amis, et peut-être vous donner envie d’y venir l’année prochaine.

Le Disneyland du métal

Il ne faut surtout pas prendre cette comparaison par la négative, loin de là. Surtout que je suis un fan de Disney. En fait, c’est plutôt l’impression d’être dans un autre monde pendant quelques jours qui m’a frappé. Dès notre arrivée, j’ai été impressionné par les décors. C’est bien simple, même si Clisson est une ville toute mignonne, on a carrément l’impression de s’être téléporté dans un autre monde. On s’est très vite retrouvé sur une grande place, avec pas mal de boutiques agencées comme le Main Street de Disneyland, à savoir superbement décorées. Je m’attendais à des petites barraques, voir des grandes tentes, mais non ! C’est carrément des décors de cinéma avec une énorme chaussure par là, un crâne ici, un gorille au dessus d’une maison, une énorme guitare Gibson ou encore une Ford Mustang traversant un mur. Vraiment beau, agréable, coloré, bref, une belle baffe.

Hellfest 2015

hellfest_2015-02

hellfest_2015-03

Hellfest 2015

Mais cette baffe s’est transformée en véritable coup dans la gueule une fois devant l’entrée du Hellfest 2015, avec sa cathédrale de l’Enfer. De ce qu’on m’avait dit sur les années passées, l’entrée était en toile, du coup, ça rendait bien de loin, mais pas de près. Là, c’est du vrai dur, du décor comme au théâtre, et surtout, une hauteur de dingue qui donne un indice sur ce qu’il y a directement sur le fest.

Une fois passée l’entrée, c’est simple, c’est encore plus fou. Tout est pensé et designé pour nous donner l’impression d’être totalement autre part, dans un autre monde, où le métal est partout avec des inspirations rock’n roll : un scorpion métallique arbore fièrement le haut d’un des bars, un avant-bras géant avec la main qui fait le signe des cornes du diable est à l’entrée, les poubelles sont en fait d’énorme crânes tandis que les bancs sont des os géants, l’entrée du Kingdom of Muscadet pose aussi l’ambiance, etc… Et que dire des deux Mainstages ? Bordel de dieu, c’est magnifique ! Et cette année, les deux Mainstages proposent trois écrans géants, histoire de ne rien louper des concerts même en étant loin. Et puis proposer un festival avec de l’herbe quasiment partout, c’est juste la meilleur idée du monde.

hellfest_2015-05

hellfest_2015-06

hellfest_2015-08

hellfest_2015-07

Des concerts au top !

Passons à ce qui est le plus important dans un festival : les concerts. Je ne vais pas lister la totalité des groupes, ce serait une galère sans nom tellement le choix est important. Ce qu’il faut par contre savoir, c’est que le Hellfest propose 6 scènes et que celles-ci ne proposent pas toutes la même chose.

Mainstage 1 : Heavy metal traditionnel, Hard rock
Mainstage 2 : Metal alternatif, Nu metal, Metalcore, Thrash metal
The Altar : Death metal, Grindcore
The Temple : Black metal, Folk metal, Viking metal
The Valley : Doom metal, Stoner rock, Sludge metal, Post-metal
The Warzone : Punk hardcore, Punk rock, Metalcore, Crust punk
Metal Corner : DJ’s et Tremplin rock

hellfest_2015-plan

Du coup avec cette disposition, il est devient plus simple d’aller d’une scène à une autre suivant nos goûts. Manque de bol pour moi, j’aime pas trop le son qui tâche, celui avec des chanteurs dont je ne comprends pas les paroles, qui bougent leur tête avec des grands cheveux, et qui font les gros yeux qu’on les fixe. Par contre, j’adore le Heavy metal traditionnel, Hard rock, Stoner rock, Metal alternatif, Nu metal, Metalcore et les trucs un peu punk sur les bords. De ce fait, j’ai fait mon petit planning suivant les scènes Valley, Mainstage 1 & 2 et Warzone. Et comme j’ai souvent de la chance, les concerts qu’on a choisi d’aller voir ne se marchaient pas trop dessus. Oui, il faut savoir que le Hellfest a ce petit défaut qui fait son charme : propose plusieurs concerts en même temps sur différentes scènes. Des fois, il faut faire des choix.

Vendredi :
Truckfighters (Valley)
Motörhead (Mainstage 1)
Lamb of God (Mainstage 2)
Mastodon (Valley)

Samedi :
Airbourne (Mainstage 1)
Brant Bjork (Valley)
Body Count (Warzone)
Faith No More (Mainstage 2)
Scorpions (Mainstage 1)
Marilyn Mason (Mainstage 2)

Dimanche :
Red Fang (Mainstage 1)
Snot (Warzone)

Mes coups de cœur vont forcément pour les trois groupes qu’on voulait absolument voir.

A commencer par un concert absolument fabuleux de Mastodon, qui donne dans le sludge progressif américain. Je ne pensais pas qu’ils allaient se lâcher autant, mais Troy Sanders (bassiste et chanteur), Brent Hinds (guitariste et chanteur), Bill Kelliher (guitariste) et Brann Dailor (batteur et chanteur) ont chauffé la scène The Valley en enchaînant les morceaux provenant de leur dernier albulm, Once More ‘Round the Sun, mais aussi de The Hunter, Crack the Skye ou encore Blood Mountain. Une vraie tuerie et je ne cache pas que j’adore ce groupe dans mes Vinyl of The Day.

hellfest_2015-09

Second énorme coup de cœur pour Airbourne, que j’écoute en boucle depuis quelques temps déjà. Au second rang avec un pote, pile devant Joel O’Keeffe (chant et guitare solo), les australien ont tout donné, malgré des problèmes de son sur la Mainstage. Pas grave, Joel a fait le chaud en gardant le sourire et cette gniak qui donne à ce groupe de hard rock, en balançant des musiques provenant principalement de Runnin’ Wild et Black Dog Barking. Très franchement, c’est du ACDC puissance 1000, et des morceaux comme Runnin’ Wild, Ready To Rock n Too Much, Too Young Too Fast, Back In The Game, Live It Up donne tout de suite envie de sauter comme un taré dans la foule !

hellfest_2015-10

Enfin, gros coup de cœur à Body Count, parce que j’écoutais ça quand j’étais au collège. Quand j’entends des gens parler de Limp Bizkit comme le groupe qui a créé le rap metal, ça m’énerve toujours autant. Les vrais savent, et les vrais étaient là en Warzone à écouter Ice-T. D’ailleurs, il a su gérer la foule en discutant directement avec le public mais en présentant les morceaux choisis comme Cop Killer ! Malheureusement, pas de Born Dead à l’horizon. Barf, ce n’était pas non plus l’ambiance, donc c’est pas plus mal !

hellfest_2015-11

Sinon, pour parler un peu des autres groupes tout de même… J’ai été agréablement surpris par Truckfighters que je ne connaissais pas. Encore un bon groupe de stoner dans ma liste ! Ca m’a aussi vraiment fait plaisir de voir Motörhead, même si Lemmy fait peine à voir. Il n’était que l’ombre de lui-même. Heureusement que Mikkey Dee a brûler tout le monde avec un solo de batterie assez énorme. Je me dois aussi de parler de Brant Bjork, que je connaissais via Kyuss. Encore du très bon stoner pour les oreilles, tout comme Red Fang qui a joué en Mainstage, même si j’aurais préféré les voir en Valley.

Enfin, parlons un peu de ce qui a fait un peu tâche, je trouve, à commencer par Faith No More, groupe mythique qui aime mélanger les genres. En fait, tout était très bien, mais un peu lisse et surtout entremêlé de balades un peu chiantes. Un peu comme Scorpions au final, qui a fait le show en enchaînant les hits, mais qui n’a pas réussi à me transporter. En même temps, je ne suis pas ultra fan, donc ça peut se comprendre. Enfin, un petit mot sur Marilyn Mason, qui garde toujours son style, mais qui n’a semble-t-il pas su gérer les temps entre les morceaux. De très longues secondes à chaque fois… ça casse un peu le rythme.

Feu d’artifice de folie

Pour ses 10 ans, le Hellfest nous a offert un feu d’artifice absolument fou. Après un petit film projeté sur les écrans des Mainstagesrendant hommage aux spectateurs, groupes et bénévoles du Hellfest pendant ces 10 longues années, les organisateurs ont balancé la sauce avec un spectacle absolument fou, avec du ACDC et Queen en fond musical. Je crois, très sincèrement, que ce fût le plus beau feu d’artifice que j’ai vu de ma vie. Inoubliable. Je ne poste qu’une photo, mais il y a une belle galerie sur le site officiel.

hellfest_2015-12

Quelques mauvais points…

Pourtant, tout n’a pas été parfait durant ces trois jours. A commencer par le plus grave pour moi, le son en Mainstages. Avoir des coupures son en plus concert, ce n’est juste pas pensable. Heureusement, les équipes technique du Hellfest ont fait le nécessaires assez rapidement, mais sur le concert d’Airbourne, c’est deux morceaux en moins sur la durée de la prestation. Vraiment pas cool.

Comme ne pas parler de la carte Cashless qui est une excellent idée, mais qui n’a pas été intégré correctement. Concrètement, il s’agit d’une carte de payement en NFC (le fameux sans contact). L’idée est bonne, puisqu’il n’est plus nécessaires d’acheter des jetons comme les autres années, ni de se trimbaler avec du liquide ou sa carte bleue. Oui, mais ça c’est dans la thérorie. Le principal problème est que cette ce moyen de paiement n’est pas accepté partout dans le festival. Concrètement, cela fonctionnait dans les bars (alcool et sans-alcool) ainsi que les stands Hellsnack, mais c’est tout. Pour les autres stands de nourriture, le merch, la grande roue ou encore l’Extrem Market, bah il fallait prévoir sa carte bleue ou de la monnaie, puisque certains stands n’acceptaient pas la carte bleu. Autant dire que c’était une galère et que j’ai vite abandonné l’idée de mettre beaucoup d’agent dans mon compte Cashless.

Je pense qu’une application smartphone serait une bonne idée pour recharger la carte. Beaucoup de téléphones proposent du NFC, il suffirait faire le contact entre le téléphone et la carte, pour ensuite la recharger. Ou alors des bornes, mais cela a un coût et ça ne résoudrait pas les problèmes de queue.

Enfin, je dirais juste que metter Body Count en Warzone, qui est toute petite, ce n’était pas l’idée du siècle. Mais bon, je préfère être un peu serré que de ne pas les voir !

En bref…

J’ai aimé :

  • la programmation
  • le site en lui-même
  • l’ambiance festive et bon enfant
  • la bière et le muscadet
  • de toilettes et de l’eau partout !
  • la propreté générale du festival

J’ai pas trop aimé :

  • la complexité de la carte Cashless
  • les moyens de paiement en règle générale
  • les problèmes de son en Mainstage
  • Body Count en Warzone
  • peut-être pas assez de coin d’ombre

hellfest_2015-13

Certains diront que c’est un festival dans lequel on paie pour louper des concerts, d’autres diront que c’est devenu commercial. Oui, le Hellfest n’est pas parfait. Il y a encore des petites choses à améliorer ici et là, mais louper le Hellfest quand on est fan de musique extrêmes est une hérésie. L’ambiance est cool, le festival est magnifique, la programmation est d’enfer, et la bière n’est pas si cher, puisqu’on la boit avec des amis en écoutant de la bonne musique ! La galerie photo est d’ailleurs là pour prouver tout cela ! Revenir du Hellfest est compliqué, on est tellement bien là-bas ! Alors c’est sûr et certain, à l’année prochaine ! :)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.