Batman : The Dark Knight Rises

Attention, ça spoil.

 The Dark Knight Rises

Je reviens tout juste du cinoche. Ca faisait super longtemps d’ailleurs, alors que j’ai un abonnement Pathé / Gaumont. Bref, je tente de prendre un peu de temps pour moi, et je suis donc allé voir ce fameux The Dark Knight Rises.

Mais avant de parler de ce que je pense de ce film, faisons un petit retour en arrière. Après tout, ça fait longtemps que j’ai pas écris sur ce blog, alors autant que j’en profite.

En 2005, Christopher Nolan débarque avec un reboot de Batman, en nous proposant Batman Begins, avec un Christian Bale peu connu à l’époque, et qui tient bien le rôle du Batman. J’avais bien aimé ce premier épisode de cette nouvelle trilogie. Ce n’était pas forcément le film de l’année, mais il se laissait regarder, et surtout, proposait autre chose que les supers méchants qu’on connait tous. Là, le Ra’s al Ghul, fallait connaitre un peu Batman pour apprécier. Même si au final, le film n’a pas repris totalement la vraie histoire du perso.

Trois ans plus tard, Nolan revient et balance The Dark Knight : Le Chevalier noir. Et là, c’est la claque. Pas forcément au niveau du scénario, mais plus par le rôle du Joker, joué par un Heath Ledger absolument sublime. Paix à son âme… Et puis, il y avait aussi l’arrivée d’Harvey Dent / Double-Face, qui était plutôt cool aussi. Bref, j’ai adoré et j’ai même acheté le Blu-ray.

Et maintenant, c’est The Dark Knight Rises. Très franchement, j’attendais ce film. Pas au point de faire la queue dès le mercredi de sa sortie (faut pas déconner non plus), mais je l’attendais. Surtout après la claque de The Dark Knight. Malheureusement, c’est la déception. Pourquoi ? Bah, j’ai envie de dire : pour tout ou presque.

L’histoire est bidon et se paie même le luxe d’être une sorte de copier/coller de Batman Begin. Elle se déroule 8 ans après le seconde épisode, mais en gros, on se retape le « comment Bruce Wayne devient Batman » (enfin là, c’est comment il reprend son rôle de Batman). Mais on se tape aussi le méchant, Bane, qui débarque de nul part (on ne comprend que 5 minutes avant la fin) mais qui arrive à soulever une armée et qui ne veut qu’une chose : que Bruce reprenne son rôle pour lui péter la gueule et le laisser crever dans Gotham.

 The Dark Knight Rises  The Dark Knight Rises

Mais attention, cette fois, il y a aussi trois personnages « importants » ! Wouha, c’est la fête.

On commence par Miranda Tate, qui est jouée par une Marion Cotillard absolument minable (la scène de fin, j’en pleure encore). Si son personnage a son importance, en étant à la tête de Wayne Enterprises à un moment du film, on apprend aussi à la fin du film, via un twist complètement naze, que c’est en fait Talia al Ghul, la fille de Ra’s al Ghul. Je ne suis pas un expert en Batman, donc je ne connaissais pas ce perso, mais mon dieu qu’il est mal amené.

On a aussi John Blake, joué par Joseph Gordon-Levitt. Ce personnage ne vous parle pas ? Normal. Mais depuis son apparition, on se doute que c’est le futur Robin. Et c’est confirmé à la fin.

Et enfin, on a la magnifique Anne Hathaway, qui joue le rôle de Selina Kyle, alias Catwoman. Alors là aussi, grosse, mais très grosse déception ! Je ne parle pas de la plastique d’Anne, qui est une femme sublime, mais sur son rôle. Déjà, elle ne balance que des phrases à la con. On sent bien la cruche. Mais surtout, son personnage aurait pu être n’importe qui d’autre. Là, c’est juste une voleuse sapée en pute avec des oreilles de chats achetées à Japan Expo. On est très loin de Michelle Pfeiffer dans Batman, le défi en 1992, avec une vraie histoire avec les chats.

 The Dark Knight Rises  The Dark Knight Rises

Je me suis égaré, mais reprenons. Donc, le film a une histoire bidon et des personnages pas vraiment travaillés. Mais le pire est à venir. Si Nolan adore l’IMAX, et c’est un plaisir des yeux, il faut être franc sur une chose : il est à chier quand il s’agit de faire des scènes d’actions.

Quand Batman se bat contre des méchants, ces derniers attendent bien sagement leur tour. On se fait casser la gueule, mais on attend son tour ! Et surtout, on ne tire pas sur Batman, même si on a une mitraillette dans les mains. Ridicule.

Tient, ça me fait penser à deux choses qui m’ont choqué :

– à un moment, les gentils flics font une embuscade sur une bagnole. Sur celle-ci, il y a un mec avec une mitrailleuse genre Rambo sur sa jeep. Mais non, au lieu de tirer, il attend son coup de pied dans la gueule.

– autre moment navrant, lors de la baston entre les 500 flics contre les 500 méchants. Ils sont dans la rue, chacun à un bout, et son tous armés. Bah ils se sont mis à courir à la Bravehart… pour se finir à coup de poing dans la gueule. A quoi ça sert d’être armé ?

Des exemples de ce style, il y en a un paquet ! Et encore là, c’est juste un problème de mise en scène. Le pire, c’est les incohérences totale, avec par exemple Batman qui s’enmerde à dessiner son logo avec de l’essence sur un pont, afin de le bruler pour qu’il soit visible de loin. J’avais envie de dire :  » Hey mec ! Ya Gotham qui attend là ! Qu’est ce que tu branles avec ton logo ?! »

Bref, déception. J’ai vraiment du mal à comprendre tout l’engouement autour de ce film. Je comprends l’attente, surtout après le second épisode, mais après avoir vu celui-ci, il est temps de changer d’avis. Les scènes d’actions moisies, le scénario qui tente de faire le grand écart pour clôturer une trilogie, les dialogues pompeux et chiants… heureusement qu’Anne Hathaway est superbe, sinon, c’était la sieste dans le cinoche.

 The Dark Knight Rises

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.