Arrietty, Le Petit Monde des Chapardeurs

Hier soir, je suis enfin allé au cinoche. C’est dingue, j’ai une carte d’abonnement, mais depuis que je l’ai, j’ai plus le temps. Bref, je me suis sorti un peu les doigts et dans un moment de poésie, je suis allé me poser dans une salle toute noire pour zieuter Arrietty, Le Petit Monde des Chapardeurs. Oui, la toute dernière production du fameux Studio Ghibli qui n’est plus à présenter. Mais pour ceux qui n’ont aucune idée de ce qu’a fait ce studio, c’est tout simplement ceci :

Studio Ghibli

Filmographie
  • Nausicaä de la vallée du vent (1984)
  • Le Château dans le ciel (1986)
  • Mon voisin Totoro (1988)
  • Le Tombeau des lucioles (1988)
  • Kiki la petite sorcière (1989)
  • Souvenirs goutte à goutte (1991)
  • Porco Rosso (1992)
  • Je peux entendre l’océan (1993)
  • Pompoko (1994)
  • Si tu tends l’oreille (995)
  • Princesse Mononoké (1997)
  • Mes voisins les Yamada (1999)
  • Le Voyage de Chihiro (2001)
  • Le Royaume des chats (2002)
  • Le Château ambulant (2004)
  • Les Contes de Terremer (2006)
  • Ponyo sur la falaise (2008)
  • Arrietty et le petit monde des Chapardeurs (2010)
  • Depuis… (date encore inconnue)
  • Le Conte du coupeur de bambou (date encore inconnue)
Courts métrages
  • On Your Mark (1995)
  • Ghiblies (2000)
  • Ghiblies Episode 2 (2002)
  • Monomon l’araignée d’eau (2005)
  • Le jour où j’ai cultivé une étoile (2006)
  • À la recherche d’une maison (2006)
Les jeux auxquels le studio ou l’un de ses membres a participé
  • Jade Cocoon : Story of the Tamamayu (1998) – PlayStation, character design de Katsuya Kondo
  • Ni no Kuni (2010) – Nintendo DS et PS3, animations et character design

Si vous avez loupé l’un des ces titres, il est vivement conseillé de s’offrir quelques DVD (ou Bluray, tout dépend). Bref, revenons à la petite Arrietty, parce que oui, elle est plutôt petite. Le pitch est d’ailleurs assez petit lui aussi.

Arrietty, Le Petit Monde des Chapardeurs

Nous nous retrouvons dans la banlieue de Tokyo, dans une vieille maison de caractère ou plutôt, sous le plancher de celle-ci. C’est là que vit Arrietty, son père et sa mère. Ce sont des Chapardeurs, mais surtout, ce sont des minuscules petits humains. Pour vivre/survivre, ils volent aux humains juste ce dont ils ont besoin. Pas plus, pas moins, tout en essayant de ne jamais se faire remarquer. Un morceau de sucre dura un mois, un bout de tissu peut servir à confectionner une couverture et une simple éguille fait office d’épée. Une belle petite vie mine de rien, là où le jardin est une immense forêt. Mais un jour, un jeu garçon débarque dans la maison (celle des humains) de sa grande tante. Ce petit bonhomme est malade, il a le coeur fragile depuis tout petit et doit se faire opérer dans les jours à venir. Mais dès son arrivée, il remarque la petite Arrietty, ou plutôt, soupçonne sa présence. Un jour, ils se rencontrent, et c’est là que tout bascule.

Arrietty, Le Petit Monde des Chapardeurs Arrietty, Le Petit Monde des Chapardeurs

Dans cette hisroire, il y a de la magie, de la féérie, mais pas de sang, pas de combat, pas de gros méchant. Le rythme est assez lent, malgré les quelques aventures de notre héroinne très attachante. Mais très franchement, on ne voit pas le temps passer ! C’est un plaisir de bout en bout, un émerveillement graphique aussi avec un jardin luxuriant, des animations de fou malade et des détails qui forcent l’admiration. Une réalisation très proche de la perfection pour Hiromasa Yonebayashi (37 ans), un des protégés d’Hayao Miyazaki (70 ans), qui s’est occupé du scénario.

Comme d’habitude avec Studio Ghibli (ou Disney aussi), le film comporte sa petite morale. Habituellement bien amenée, j’ai trouvé cette morale ci un peu balanceée comme ça, à l’arrache, en plein milieu du film. Je pense même qu’elle n’était pas nécessaire. Je ne vais pas vous spoiler, et vous laissez tout simplement aller au cinéma ^_^

Côté réalisation, c’est du grand Ghibli. Peut-être pas le plus beau film techniquement parlant, mais il est très largement au dessus de tout ce qui se fait actuellement. Hiromasa Yonebayashi et son équipe maîtrisent le sujet, et nous transportent pendant 1h34 dans un émerveillement le plus total, poètique et très humaniste. Une très belle oeuvre, à voir absolument.

Arrietty, Le Petit Monde des Chapardeurs Arrietty, Le Petit Monde des Chapardeurs

Quelques informations

  • Titre original : Karigurashi no Arrietty
  • Date de sortie cinéma : 12 janvier 2011
  • Réalisé par Hiromasa Yonebayashi
  • Long-métrage japonais .
  • Genre : Animation , Fantastique
  • Durée : 01h34
  • Année de production : 2010
  • Distributeur : The Walt Disney Company France
  • Producteur : Toshio Suzuki
  • Directeur de l’animation : Megumi Kagawa
  • Directeur de l’animation : Akihiko Yamashita
  • Producteur exécutif : Hayao Miyazaki
  • Producteur exécutif : Koji Hoshino
  • Scénariste : Hayao Miyazaki
  • Scénariste : Keiko Niwa
  • D’après l’oeuvre de Mary Norton

Arrietty, Le Petit Monde des Chapardeurs

3 Replies to “Arrietty, Le Petit Monde des Chapardeurs”

  1. ça me tenterai bien d’allez le voir, mais sans réduc, ça fait le ciné à 10€, ça me fait donc un peu mal au c***.
    j’attendrai qu’il soit proposé en VOD.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.