Toy Story 3

Hier soir, c’était cinoche avec ma copine. Alors on s’est donc décidé pour Twilight 3. Nan, j’déconne, on a été voir Toy Story 3 !

10 ans. Bordel, il aura fallu attendre 10 putains de longues pour revoir enfin Woody et Buzz l’éclair au cinéma. On peut dire que Pixar Animation Studios et Walt Disney Pictures ont pris leur temps. Mais est-ce que ça vaut vraiment l’coup ? Bah oui. Sauf si on n’a pas gardé une âme d’enfant. Ce qui n’est pas mon cas, étant donné que je n’arrête pas de dire « Vers l’infini et au-delà ! » depuis déjà quelques années ^_^

Attention spoiler.



On retrouve donc notre bande de joyeux jouets, à savoir Woody, Buzz l’éclair, Mr et Mme Patate, Rex, Bayonne, Zigzag, Jessie, Pil Poil, les petits aliens, Barbie, etc… On s’attend donc à une aventure haute en couleur, surtout que le petit Andy (le gamin qui jouait donc avec Woody & co), bah il a pris de la bouteille, et il part à l’université. Il a grandi avec nous… Et pour lui, même si ça lui fend le coeur, impossible de prendre tous ses jouets dans sa chambre d’étudiant (ce serait casser ses futurs plans culs >_<). Donc il fait un choix : celui de ne prendre que Woody, et de laisser tout le reste dans le grenier, chez ses parents. Manque de bol, les autres jouets se retrouvent vite dans une crèche, avec des enfants complètement tarés qui défoncent tout sur leur passage, et surtout, maltraitent ses nouveaux jouets. Ils vont donc tenter par n’importe quel moyen de s’enfuir. Sauf qu’un certain Lotso, un ours rose parfumé à la fraise, n’est pas trop du même avis…

Spoiler terminé.

Bref, il ne faut pas aller chercher bien loin dans le scénario, c’est assez basique. Même si, comme dans n’importe quel Pixar et/ou Disney, il y a un second degré de lecture assez intéressant. En tout cas, on a bien rigolé, surtout avec Ken et Barbie, mais aussi avec Buzz l’éclair qui a quelques scènes à mourir de rire. Très bon film d’animation, pour enfants.

Le seul point noir est, comme la mode du moment, une 3D relief franchement très discutable. Alors oui, on a quelques effets de profondeur, avec des personnages en premier plan et d’autres plus loin. Mais autant être clair : ça tue pas la gueule. Contrairement aux pubs Haribo et Oasis ^_^

Tient sinon, il est toujours bon de voir que les mecs de Pixar font pas mal de clins d’œil dans leur production. Cette fois-ci, la plus visible est carrément la présence d’une peluche Totoro, que l’on voit assez régulièrement dans le film. Preuve qu’encore une fois, le studio Ghibli est une référence pour de nombreuses personnes. Et puis, John Lasseter, directeur de Walt Disney Feature Animation, est un pote d’Hayo Miyazaki, donc bon…



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.